[Critique] WICKED de Gregory Maguire

J’ai découvert Wicked en école de chant grâce à la (génialissime) comédie musicale. Puis, j’ai appris que WICKED était librement inspiré d’un bouquin de Gregory Maguire, lui-même inspiré par les personnages du Magicien d’Oz. Bouquin que Bragelonne a réedité il y a quelques mois. Je l’ai donc précommandé, attendu avec impatience, bisouté la couverture et bénit pour remercier le ciel de pouvoir enfin le lire (si… j’ai vraiment fait ça…)

Mon principal ressenti c’est « mais. mais. c’est très différent de la comédie musicale ! ». WICKED the musical explique bien comment Elphaba, l’héroïne à la peau verte devient la méchante sorcière de l’Ouest mais en se concentrant sur sa période universitaire alors que le livre raconte ce parcours de ses 0 à ses 38 ans.

Attention, à partir des prochains paragraphes, je vais spoiler allègrement, vous êtes prévenus !

Something bad is happening in Oz

Oz est un pays découpé en plusieurs régions, aux ressources et denrées inégalitaires. Le centre du pays se trouve la Cité d’Emeraude, où tout se joue et où règne la monarchie d’Oz…

Mélina, jeune héritière de l’éminent Thropp, est mariée à Frex, un prêcheur sans le sou. Un jour d’ennui, elle croise un inconnu qui lui fait boire un élixir vert et accouche d’Elphaba, une petite fille… verte, un peu trop sauvage et qui fuit l’eau comme la peste car cela pourrait la tuer. Pour l’aider à accepter et élever cette enfant hors-norme, Mélina demande l’aide de sa nounou. Nounou essaye alors de donner un cadre et de sociabiliser Elphaba. Mélina, pendant ce temps, s’amourache d’un Quadling, nommé Cœur de tortue, elle tombe de nouveau enceinte, on ne sait pas si c’est de son mari ou de son amant, mais la famille décide de partir vivre en Quadling, la région la plus pauvre d’Oz, afin de prêcher la bonne parole là-bas.

Plus tard, on apprendra que Mélina a accouché d’une petite fille, Nessarose, née sans bras. Les parents prenant cette naissance comme une pénitence du Dieu Innommé, chérira cette enfant. Quelques années plus tard, Mélina mourra en couche après avoir donné naissance à un petit garçon, Carapace. Les 3 enfants sont alors élevés par Nounou. Au pays d’Oz, la famille royale se fera destituée par le Magicien, le Magicien d’Oz. Le décor est posé.

Critique du livre Wicked deGregory Maguire

Dancing Through Life

Quinze ans plus tard, Elphaba a l’âge d’entrer à l’université de Shiz. Elle y fait la connaissance de la directrice Mme Morrible, de Glinda et du professeur Dillamond, une chèvre très attachée à la cause Animal. En effet, le Magicien règne sur Oz et réprime de plus en plus les Animaux, qui au contraire des animaux sont dotés de conscience, parole et intelligence humaine. Si Glinda et Elphaba, obligées de partager leur chambre peinent à se trouver des points communs, elles deviennent vite amies. Les étudiants de Shiz vivent leurs années universitaires avec plus ou moins insouciance: Glinda est futile et superficielle, Elphaba est engagée et cultivée, Fiyero est un prince de la tribu Arjiki bien loin de son personnage dans la comédie musciale, Nessarose est une jeune fille très pieuse et Boq est l’amoureux transit de Glinda. Jusqu’au jour où le professeur Dillamond est tué, sous les ordres de Mme Morrible et qu’Ama Clutch, nounou de Glinda et témoin du meurtre, trépasse à son tour.

Ces épreuves firent mûrir les 2 amies et elles ouvrirent les yeux sur la condition Animale. Elles décident d’aller à la Cité d’Emeraude afin de s’entretenir avec le Magicien d’Oz pour dénoncer ce crime mais elles se rendent compte qu’il est au cœur de ce complot. Glinda repart à Shiz pour finir ses études tandis qu’Elphaba décide de rentrer dans la clandestinité et de se battre.

Cette partie du livre est ma préférée et clairement ce qui inspira la comédie musicale.

« Vous êtes drôle à regarder », décida Galinda

« Drôle ? » vacilla Boq

« Moi, j’aimerais beaucoup y arriver, croyez-moi, intervint Elphaba. Le meilleur effet que je puisse espérer, en général, c’est « dérangeant », et ce terme s’applique à la digestion… »

As Long as You’re Mine

Un nouveau bond de 5 ans, Fiyero est père de trois enfants et règne sur ses terres. En transit commercial à la Cité d’Emeraude, il croise par hasard Elphaba qui fait mine de ne pas le reconnaître. Elphaba vit recluse dans la ville et baigne dans un groupe terroriste qui a pour but de libérer les Animaux et contrer le Magicien d’Oz. Glinda, mariée à un baronnet, vit dans la Haute Société et Nessarose, en passe de devenir héritière de l’Eminence Thropp, voue une haine à sa sœur pour l’avoir abandonnée. Fiyero et Elphaba entretiennent une liaison passionnée qui se finira par la mort de celui-ci. Fiyero est tué par la police secrète du Magicien (disons qu’il s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment…) pendant qu’Elphaba manquera sa tentative d’assassinat contre Mme Morrible. Traumatisée et coupable, elle se réfugiera dans un couvent.

Je n’utilise jamais le mot « humaniste » ou « humanitaire », car il me semble qu’être humain, c’est être capable des pires crimes de la nature

No good deed

Encore un bond de 7 ans, Elphaba a 30 ans et est devenue nonne. Elle s’en va du couvent afin de s’assurer de la sécurité des enfants de Fiyero et de faire amende honorable auprès de sa femme, Sarima. Elle traverse tout Oz, accompagnée de Liir (dont on ne sait pas bien si c’est son fils), et tout au long du périple, elle prend peu à peu conscience de ses pouvoirs de sorcière.

Arrivée à Kiamo Ko, le château de Fiyero, Sarima accueille Elphaba mais refuse d’entendre ses excuses. Retenue à cause de la saison d’hiver rendant les terres impraticables, elle s’installe dans une tour du château. Elle y découvre un grimoire et passe ses journées à s’échiner à faire parler son singe afin de prouver la corrélation animaux/Animaux, poursuivant ainsi les travaux du professeur Dillamond. Au début du printemps, Elphaba reçoit la visite surprise de Nounou qui, comme à son habitude, prend les choses en main en recadrant l’éducation de Liir et des enfants de Sarima. Liir échappe miraculeusement à la mort en se faisant enfermer dans un puits par un des enfants. Pour se venger, Elphaba fixe une stalactite qui atterrit et fracasse le crâne du fils cadet de Sarima et Fiyero. Le plus flippant ? C’est à peu près le seul geste maternel qu’Elphaba aura envers son fils. La méchante sorcière de l’Ouest prend forme…

A partir de cette partie du livre, Elphaba est beaucoup moins sympathique, et je trouve dérangeant son manque d’empathie et d’instinct maternelle, surtout envers Liir.

« Il y avait beaucoup à haïr en ce monde et trop à aimer »

« Quand l’époque est un creuset, quand l’air vibre de violence, les victimes sont ceux qui restent le plus eux-mêmes »

Defying gravity…

Les saisons passent jusqu’au moment où le château de Kiamo Ko est réquisitionné par l’armée du Magicien, au grand dam de la sorcière. Un jour, Nor, la fille de Fiyero et Sarima, décide d’emprunter le balai d’Elphaba pour nettoyer la chambrée des soldats. Elle y découvre par hasard que le balai est magique et peut voler. Jalouse, Elphaba s’acharne à le dompter à son tour. Elle profite de ce moyen de locomotion pour s’enfuir du château afin de rejoindre sa sœur, Nessarose, au domaine de Colwen, à la demande de son père.

Enfin arrivée à Colwen, Elphaba redécouvre sa famille après une longue absence. Nessa, devenue unioniste fanatique, possède des chaussures rouges confectionnées par son père et ensorcelées par Glinda (#narmol). En héritière de l’Éminent Thropp, elle a fomenté une révolte, déclarant le pays Croquignon en état indépendant.

Son père lui demande de rester définitivement afin d’épauler sa sœur, la jugeant trop instable pour s’asseoir sur le trône. Elphaba refuse, trouvant la charge familiale trop lourde à porter, et retourne au château de Kiamo Ko.

Arrivée sur place, elle y retrouve Nounou, seule. La famille royale: Sarima, ses sœurs et ses 3 enfants ont été pris en otage par l’armée du Magicien et transférés dans un endroit inconnu. La sorcière entreprend alors de les libérer…

Dans cette partie du livre, Elphaba s’émancipe de sa famille, de la lourde charge qu’elle représente et des attentes qu’elle a envers elle. On la sent plus seule que jamais.

« Donc j’ai une tante folle, dit la Sorcière. Peut-être que la folie est de famille »

(A propos de Nessarose) « Elle se cache derrière sa dévotion comme un terroriste derrière ses idéaux… »

No One Mourns the Wicked

7 ans plus tard, Sarima et sa famille sont toujours entre les mains du Magicien. En parallèle, une tornade s’abat sur Oz et achève sa course… sur la tête de Nessarose, percutée par la maison dans laquelle Dorothy se trouvait. A partir de ce moment, l’histoire de Wicked et du Magicien d’Oz s’entremêle.

Elphaba apprend la mauvaise nouvelle alors qu’elle était en train d’essayer de greffer des ailes à un singe (?!) et retourne donc à Colwen. Elle découvre un peuple Croquignon en liesse, heureux de la mort de sa tyran de sœur et y croise Glinda qui lui explique qu’elle a donné les souliers rouges ensorcelés de Nessa à Dorothy afin de les éloigner du Pays Croquignon. Elphaba tenant Dorothy responsable de la mort de sa sœur et ayant peur que le Magicien ne s’en empare, veut les récupérer par tous les moyens possible.

Magicien qui s’invitera, après les funérailles de Nessarose, afin de s’entretenir avec Elphaba sur l’avenir du Pays Croquignon. Après des échanges glaciales, Elphaba comprend que la famille de Fiyero a été exécutée, à l’exception de Nor, retenue prisonnière. Afin d’honorer sa dette de pardon auprès de Sarima, elle demande sa libération en échange du grimoire. Mais comme un chat jouant avec sa proie, le Magicien lui révèle que la principale responsable de la mort de Fiyero n’est autre que Mme Morrible, et qu’elle est surveillée depuis toutes ces années. Elphaba sortit de cet entretien avec 2 idées fixes: reprendre les chaussures de Nessarose et tuer Mme Morrible.

« Quelle est la différence entre une étoile filante et une maison qui tombe ? – Eh bien, l’une exauce un vœu dans dans un trait de lumière, et l’autre écrase l’odieux dans un pet de sorcière ! »

Glinda à Elphaba: « Ton père ne t’aimera pas davantage si tu prends ces chaussures »

Elphaba perd de plus en plus pied. J’ai toujours du mal avec certaines de ses réactions: en apprenant la mort de Sarima, elle n’est triste que parce qu’elle ne pourra pas honorer sa dette de pardon, et son obstination à vouloir récupérer les souliers de Nessarose…

For good…

Elphaba pris donc la route de briques jaunes, direction Shiz pour son but ultime depuis 15 ans: tuer Mme Morrible… mais elle arrive quelques minutes trop tard. Mme Morrible venait de mourir de cause naturelle. Elphaba lui fracasse alors le crâne post-mortem, se venge en essayant (sans succès) de répandre la nouvelle de son assassinat, puis décide d’aller se murger dans la Haute Société de Shiz. Titubant dans Shiz, elle croise la route d’un nain mystique qui lui fit une révélation fracassante: l’inconnu qui a fait boire de l’élixir vert à Méléna pour abuser d’elle, n’est autre que son pire ennemi, le Magicien.

Lorsqu’Elphie rentre au Pays Croquignon afin d’avouer le meurtre de Mme Morrible, elle se rend compte que même ceux qui lui ont été les plus proches la craignent et se méfient d’elle. Face à cette image de Méchante sorcière de l’Ouest, Elphaba sombre dans la folie et esseulée, rentre à Kiamo Ko. Elle essaye alors d’oublier tout ça: les chaussures de Nessa toujours au pieds de Dorothy, le faux-meurtre de Mme Morrible, la possible paternité du Magicien et la peur dans les yeux de ceux qui la rencontre.

Mais lorsqu’elle apprend que le Magicien, pour permettre à Dorothy de pouvoir rentrer chez elle, lui a ordonné de « tuer la Méchante Sorcière de l’Ouest », elle attend alors patiemment l’arrivée de la petite fille et ses acolytes pour faire face à son destin…

Alors que Dorothy arrive enfin, Elphaba se surprend à rêver que derrière le costume de l’épouvantail, se cache Fiyero qui aurait survécu et chercherait à la rejoindre. Devant Liir et Nounou qui ont renoncés à lui faire entendre raison, Elphaba est toujours aussi incohérente : d’un côté elle espère que Dorothy l’aide à faire tomber le Magicien et de l’autre, elle lui lance des sorts pour essayer de la tuer. Avec toujours cette obsession de vouloir récupérer les souliers rouges de Nessarose.

Après lui avoir servi à dîner, Elphaba traîne Dorothy, jeune fille innocemment agaçante, jusqu’à la tour afin de comprendre ses intentions à son égard. Dorothy lui révèle alors que Glinda a ensorcelé les souliers rouges et qu’elle ne peut plus les retirer. De rage, Elphaba l’accusera de tous ses maux: gamine assassin, Adepte de Mme Morrible, complice du Magicien, et même « d’âme perdue venu pour la récupérer »…

Même si son attitude montre le contraire, on comprend qu’Elphaba ne veut pas tuer ni se venger de Dorothy. Elle ne veut que récupérer les souliers rouges et le grimoire afin de les détruire, avant de disparaitre dans une grotte, loin de ce monde qu’elle ne comprendra jamais et n’a jamais voulu d’elle.

La Méchante Sorcière de l’Ouest trouvera son salut grâce à un seau d’eau de pluie. La jupe d’Elphaba, qui tenait une torche, s’est embrasée et Dorothy (qui ignorait que cela pouvait la tuer) lui jeta le seau d’eau pour éteindre les flammes.

« Puisque les gens me traitent de folle, de toute façon, pourquoi ne pas en tirer profit ? Cela me libère des conventions. »

« Et voilà, tu es content ? […] J’aurais les chaussures et je les laisserai reprendre leur route. Ensuite, j’irai dans les montagnes avec ce grimoire et je vivrai dans une grotte » 

« Elle était morte, bel et bien morte, et tout ce qui restait d’elle, c’était sa carapace : sa réputation de méchanceté. »

Elphaba a-t-elle survécue ? Nul ne le sait… La Méchante Sorcière de l’Ouest n’est plus, le costume est tombé, plus de faux-self…

Oz est libre. Elphaba aussi.

Elphaba n’écoute plus personne et sombre jusqu’à endosser le costume de la méchante sorcière de l’Ouest. Pour moi, ce comportement découle d’années où elle a été moquée, rejetée et utilisée. Elle ne se reconnaît pas dans l’image que l’on lui renvoie. Jusqu’à disparaître ?

Et la comédie musicale dans tout ça ?

On en est loin ! La comédie musicale, que j’ai eu la chance d’aller voir à Londres, est beaucoup moins sombre et les personnages plus « Disney »:

  • Elphaba même si elle sombre dans la folie, fait preuve de plus d’empathie
  • Glinda est toujours aussi futile mais sait faire les bons choix quand l’urgence se présente
  • Fiyero est beaucoup plus « sage » dans le livre VS la comédie musicale où il joue un sale gosse expulsé de son ancienne école
  • Il n’y a pas tous ces triangles amoureux, et beaucoup de personnages manquent à l’appel: Sarima et sa famille, nounou, Frex, Liir…

Pour ceux qui l’ignorent, un film basé sur la comédie musicale devait sortir en 2019… repoussée en 2021 puis à une date indéfinie. J’espère qu’ils ne nous referons pas la même catastrophe que Cats, j’ai hâte, j’y place beaucoup d’espoir, j’appréhende le choix des acteurs (Darren Criss en Fiyero ou en Bocq: on y croit) mais j’ai déjà réservé ma soirée pour l’avant-première !

En conclusion, le livre Wicked est très dense, trop dense. Pour preuve, j’ai écrit plus de 2 000 mots et je suis loin d’avoir touché à tous les aspects de l’histoire: la cause animale, l’homosexualité voire la polyamorie, le rejet de la différence, Rickale et les Adeptes, les origines du Magicien… Elphaba m’a dérangée à plusieurs occasions mais on reste attaché à elle: rejetée, manipulée, elle donne l’impression de jouer le rôle de méchante car c’est ce que l’on attend d’elle. Je conseille ce livre pour un public adulte: il faut s’accrocher, oui il y a des longueurs, oui parfois on a du mal à saisir les choses mais il vaut le coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.