Qu’est-ce qu’un taux d’engagement ?

Lorsque l’on travaille dans le web, on entend souvent parler de taux d’engagement. Véritable indicateur de succès d’une publication sur les réseaux sociaux, on le scrute comme le lait sur le feu. Mais en fait, un taux d’engagement, c’est quoi?

On ne confond pas tous les taux !

Pour mesurer une publication sur les réseaux sociaux, on se fie à plusieurs taux que nous offrent les statistiques (que ce soit Facebook, Twitter ou Linkedin). Il y a principalement 3 taux à vérifier:

  • Le taux de portée (appelé aussi taux d’impression ou visibilité). C’est le nombre de fois où la publication est apparue sur le profil de la personne qui a liké la page. En effet, en moyenne, une publication a un taux de portée de 20%. C’est peu, mais ça peut s’arranger, particulièrement sur Facebook, en soignant son Edge Rank.
  • Le taux de clic. C’est le nombre de fois où un internaute a cliqué sur le lien/vidéo/photo de la publication. Plus il y a de clics, plus l’Edge Rank est bon, plus la portée augmente donc une chance d’avoir un meilleur taux d’engagement. C’est l’effet boule de neige.
  • Le taux d’engagement. C’est les interactions de l’internaute sur une publication. Dis comme cela, c’est vaste…

Concrètement, un taux d’engagement c’est quoi ?

Globalement, il y a 4 interactions engageante. Le Youtubeur E-Penser a habilement appelé ça le CLAP:

  • Clic. Parce que oui, si l’internaute clic c’est qu’il a été interpellé. C’est l’interaction la plus facile.
  • Like. C’est déjà un peu plus compliqué à avoir. Mais ça prouve que la publication a plu.
  • Commentaire. Et là, on a 2 sortes de commentaires: le bon qui gratifie l’e-réputation et le mauvais… En cas de commentaire négatif, attention au bad buzz,  il faut toujours réagir et répondre habilement. En passant le stade du commentaire, on peut parler de publication engageante et ça commence à sentir bon.
  • Partage. Là, c’est le graal. L’interaction qui fait briller les yeux du community manager. On retrouve l’effet boule de neige: une publication partagée = un meilleur taux de portée = une meilleure visibilité = de potentiels interactions donc un meilleur taux d’engagement. C’est simple non ?
  • Abonnement ou followers ou Like sur la page. Selon le réseau social, on le nomme différemment mais le principe reste le même, c’est le nombre de personne qui suivent nos publications. Ce genre d’interaction est toujours positif. Au niveau de l’e-réputation: plus on a de followers, plus on paraît crédible. En effet, un compte Twitter de 10 000 followers a plus de crédibilité que celui qui en a 100. Mais aussi au niveau de l’engagement, les personnes qui suivent nos publications sont, logiquement, acquises à la cause. Et logiquement, elles seront plus aptes à liker, commenter, partager…. Donc à faire exploser le taux d’engagement. CQFD.

On fait comment pour faire péter le taux d’engagement?

Et bien, je vais radoter mais on étudie sa cible. On réfléchit à quoi publier, on fait de la veille pour s’inspirer et on planifie ses posts.

Puis on soigne ses posts aussi: on fait précis et concis, on met un média avec la phrase qui va bien. Si tu veux en savoir plus, tu peux aller lire mon article sur mes trucs et astuces sur comment faire une publication Facebook parfaite. C’est sensiblement la même chose pour les autres réseaux sociaux mais ramenés à sa spécificité. Hashtag pour Twitter et Instagram, ton éditorial pour Linkedin ou Facebook…

En conclusion, le taux d’engagement est un peu la note finale d’une publication. Le couperet qui permet de savoir si cela a fonctionné ou non. Ce qui permet de doser l’évolution de sa page ou de son compte.

 

Laisser un commentaire

[62245960]