le Burn-out, la maladie du siècle?

Dans les années 90, j’étais une petite fille mais j’entendais souvent que le Sida était la maladie du siècle…
Depuis, la maladie fait toujours des ravages, mais plus que physique, les maladies psychosomatiques ont pris de l’ampleur. Parmi elles: le burn-out!

Le Burnout ? Kézaco ?

On appelle burn-out, le syndrome d’épuisement professionnel. On peut aussi littéralement le traduire par « mort par surcharge de travail ».

Une maladie au nom imagé, la personne en étant atteinte ne laisse rien paraître de l’extérieur mais est comme brûlée de l’intérieur.

La cause en est donc toute trouvée: le cadre professionnel !

Avec la conjoncture actuelle, plus personne n’est à l’abri. Professionnellement, lorsque l’on a la chance d’avoir un CDI, on y reste accroché, avec comme une épée de Damoclès au dessus de la tête, la peur du chômage. Les conséquences de cette insécurité de l’emploi est sans appel: stress, exigence, et interdiction de débrancher. Une étude révèle même que plus d’un français sur deux bossent durant leurs vacances: réponses aux mails, appels etc etc

Afin de s’assurer de pouvoir garder son  emploi, l’Homme s’est comme robotisé ! Mais l’Homme n’est pas un robot alors quand la pression est trop forte, il peut craquer, et lentement comme si il se consumait à petits feux, faire un burn-out.

Qui peut être exposé ?

Concrètement ? Tout le monde !

Bien évidemment, les mères de famille très actives sont très exposées mais pas que…

Il semblerait que certains caractères y soit plus sujets:

  • Les professionnels à fortes sollicitations mentales, émotionnelles et affectives, comme les professions médicales ou sociales…les artistes aussi !
  • Les professionnels avec de hautes responsabilités ou des buts difficiles voire impossibles à atteindre
  • Les personnes soumises constamment au stress, à la pression, voire à l’oppression
  • Les personnes trop perfectionnistes
  • Les personnes ayant une faible estime de soi (hum hum…)
  • Les personnes n’ayant aucun autres centres d’intérêt que le travail (re-hum hum…)
  • Les personnes se réfugiant dans leur travail pour fuir d’autres aspectes de leur vie (re-re…bon bref!)

Sont donc exposées, toutes personnes un peu fragile ou entourées de personnes fragiles et/ou mettant son travail sur un piédestal.

Comment reconnaître le burn-out ?

Il est très difficile de mettre un nom sur une maladie qui n’est pas physique mais belle et  bien « dans la tête ».

Nous avons tous, comme tout être humain, des moments de lassitude, de déprime, de ras-le-bol ….Mais comment faire la différence entre un coup de blues passager d’une dépression ou d’un burn-out.

Ici aussi plusieurs symptômes apparaîssent:

  • Déjà, une lassitude, et/ou une fatigue qui dure! Passager oui / Long terme non
  • Vous n’arrivez plus à vous lever le matin, êtes constamment fatigué et vous vous ennuyez, n’avez plus le goût à rien
  • Vous avez l’impression de donner le meilleur de vous-même pour peu de résultat
  • En est lié, un manque d’attention et/ou un sentiment d’incompétence voire même de ne pas être apprécié à votre propre valeur
  • Vous vous renfermez et ne parlez plus ou moins avec vos collègues. Un clivage s’installe avec eux et vous êtes irritable
  •  Des douleurs physiques comme courbatures ou maux de tête

Si à la lecture de cet article, vous vous reconnaissez, et que vous êtes comme cela depuis un petit moment:  là inquiétez vous!

La principale caractéristique du burn-out est qu’elle est intérieur, elle ne se voit pas jusqu’à ce que la personne craque. Elle donne l’impression de surgir d’un coup alors que non… bien souvent la personne victime de burn-out s’est déjà consommé à petits feux, jusqu’à l’épuisement.

Quelles en sont les conséquences ?

Elles peuvent être très graves !

Cela peut aller de l’épuisement à la grave dépression.

Les conséquences personnelles sont parfois désastreuses: pertes d’emplois, d’amis voire de couple…

Bien souvent lorsqu’une personne craque, elle ne ressent plus rien et ne peut plus rien faire. Comme si, elle était morte à l’intérieur…

Elle est alors bonne pour aller consulter. Une victime de burn-out doit impérativement se faire aider !

La guérison passe par un recentrage de soi: de ses envies, de ses capacités, de ses sentiments et d’une prise de conscience de ses limites. Une personne ayant fait un burn out est avant tout une personne qui s’est oubliée…

Elle doit donc avant tout se retrouver pour pouvoir, de nouveau, retrouver la force d’avancer.

« La vie c’est comme une bicyclette: il faut pédaler pour continuer d’avancer » – EINSTEIN

 

Laisser un commentaire

[an error occurred while processing this directive]